Piratage : Démantèlement d'une école de hackers en Chine

Publié le 9 Février 2010

Piratage : Démantèlement d'une école de hackers en Chine
 Est-ce une réaction diplomatique de la part du gouvernement Chinois après que Google ait été victime, comme d'autres sociétés ou de journalistes étrangers en Chine, d'une attaque informatique sur sa messagerie Gmail ainsi que sur le code source de ses applications, un site de pirate est fermé après l'arrestation de ses dirigeants.

 Selon les médias Chinois, la police de la province du Hubei a démantelé certainement la plus grande école chinoise de piratage informatique sur Internet. Depuis sa création en 2005, le site Black Hawk Safety Net (réseau de sécurité Aigle noir) basé dans la ville de Xuchang, province du Henan, avait recruté jusqu'à 12 000 hackers, ces derniers pouvaient suivre des cours en ligne ou sur des forums de communication pour apprendre les différentes techniques de piratage ou télécharger des outils pour diffuser des malwares (virus, chevaux de Troies...) sur des ordinateurs cibles. Un commerce juteux qui aurait permis au site de collecter plus de 7 millions de yuans en frais d'inscription.

 Parmi les membres du site, trois hommes ont été arrêtés, soupçonnés d'être les gérants du site "Aigle Noir", pour avoir mis en ligne des programmes de piratage, une infraction ajoutée à la Loi criminelle chinoise en 2009.

 Des témoignages nous éclairent sur le fonctionnement du site.
"Je pouvais télécharger des programmes de chevaux de Troie sur le site, qui me permettaient de contrôler l'ordinateur d'autres personnes. Je l'ai fait juste pour m'amuser, mais je sais que beaucoup d'autres membres pouvaient faire fortune en attaquant les comptes d'autres personnes" a déclaré un des membre du site puis d'ajouter "Une attaque simple n'est pas très difficile à réaliser. Certains pirates informatiques sont des adolescents ayant abandonné l'école et qui gagnent de l'argent en volant des comptes".

 Un autre étudiant rapporte que les cours de formation au piratage coûtaient de 100 à 2 000 yuans, "A la base, les étudiants apprenaient à voler des comptes et à utiliser des chevaux de Troie. Et parfois, les formateurs nous apprenaient à écrire des programmes", « Mais maintenant, c'est très difficile de devenir membre enregistré. Quelques sites de piratage informatique connus ne sont plus accessibles depuis novembre », a-t-il ajouté.

 Pour se donner une bonne image depuis qu'elle est considérée comme un des pays qui héberge des pirates informatiques, dont elle se dit victime d'acte de piratage, la chine compte bien s'engager contre la cyber-criminalité. Pékin a promis une vigilance accrue sur les contenus du Net en 2010, ce qui relève de la protection de "la sécurité de l'Etat".

 D'après un rapport, en 2009 l'industrie du piratage informatique en Chine a causé, pour 7,6 milliards de yuans de pertes.

Article similaire
- Google subit une cyberattaque

Complément d'information
- Combattre les virus
- Qu'est-ce qu'un cheval de Troie

Rédigé par DarkNight

Publié dans #Internet

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article