Google : veut quitter la Chine après des attaques informatiques

Publié le 16 Janvier 2010

Google : veut quitter la Chine après des attaques informatiques


 Des pirates chinois se sont attaquer depuis la Chine au géant de Mountain View : Google. Un phénomènes qui n'est pas nouveau puisque des structures comme la NASA, la Maison-Blanche, des sites nucléaires américains ou le MI5 britannique ont subit par le passé des assauts des cybercriminels chinois. Mais celle-ci ne semble pas être le fait de jeunes amateurs car elle a été très bien conçue. 

 Ce qui est confirmé par David Drummond, vice-président senior, Développement de l'entreprise et Direction juridique, dans un communiqué : "Nous avons détecté une attaque très sophistiquée et ciblée contre notre infrastructure d'entreprise, venant de Chine et qui a résulté en un vol de propriété intellectuelle" .

 Autre constat par Google, l'accès à la messagerie Gmail de militants chinois des droits de l'homme mais également des comptes aux Etats-Unis et en Europe, en utilisant la méthode du phishing qui a permis de récupérer leurs mots de passe et de l'utilisation de logiciels malveillants, mais l'attaque n'aurait pas atteint son but, faute d'accès au contenu des messages, effectivement les seules informations qu'ils ont réussi à obtenir sont la date de création et les sujets (objets) des emails.

 La réaction n'a pas tardé puisque que Google annonce sur son blog de vouloir stopper toutes ses activités jusqu'à quitter le territoire Chinois, si aucune solution n’est trouvée. En rendant publique ces attaques, qui auraient également touché "au moins vingt autres sociétés dans des secteurs divers comme Internet, la finance, la technologie, les médias et la chimie" cela permet de relancer le débat sur la liberté d'expression en Chine Car Google devait suivre une politique de censure en utilisant des filtres sur certains de ses résultats.
"nous avons décidé que nous n'étions plus disposés à censurer les recherches sur le site (chinois) google.cn" comme le demandaient les autorités, a ajouté la compagnie californienne. Une aubaines pour les internautes chinois qui peuvent accéder à toutes les informations qui sont généralement filtrées.

 D'où l'ouverture de discussions avec les autorités chinoises afin de mettre en place un moteur de recherche sans filtre dans les limites de la "loi" chinoise. Cette cyber-attaque devient également une affaire diplomatique mais également économique

Diplomatique car
- Du côté Américian la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a demandé aux autorités chinoises des explications. "Google nous a informés de ces accusations, qui soulèvent de très graves inquiétudes. Nous attendons une explication du gouvernement chinois", a-t-elle fait savoir dans un communiqué. "Pouvoir travailler avec confiance dans le cyber-espace est fondamental dans une société et une économie modernes", a estimé Mme Clinton.

- De l'autre côté le gouvernement chinois veut des clarifications de la part de Google après l'annonce de vouloir se retirer de Chine.

Et de lourdes retombées économique :
- Google perdrait gros s'il décidait effectivement de se retirer car d'autres firmes Américaines (Microsoft, Yahoo...) installées en chine en profiteront pour assoir leurs positions.

- L'autre enjeu celui de la publicité en ligne en forte croissance dans ce pays, Google en renonçant à ce marché le laisserait à ses principaux concurrents (Yahoo, Microsoft, Baidu...). 

 « La décision d'examiner nos activités commerciales en Chine a été incroyablement difficile, et nous savons que cela aura potentiellement de lourdes conséquences. » selon les propos de Drummond .

Rédigé par DarkNight

Publié dans #Attaques Informatiques

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article