Apple : Steve Jobs explique son refus pour Flash

Publié le 2 Mai 2010

Apple : Steve Jobs explique son refus pour Flash

 Souvenez-vous lors du lancement de la tablette multimédia iPad au mois de Février, steve Jobs, le patron d'Apple, avait vivement critiqué la technologie du lecteur Flash. Dans une lettre ouverte sur le site d'Apple, le patron de la firme de Cupertino, relance le différend entre Apple et Adobe sur l'efficacité du plug-in en six points.

- Un système fermé : Apple reproche à la société Adobe d'avoir un produit "100 % propriétaire". Attitude très étonnante car les appareils d'Apple, iPhone et iPod sont également très fermés.

- Malgré l'exploitation du lecteur Flash pour diffuser des vidéos, environ 75%, cette technologie est dépassé au profit de nouveau standard Web plus efficaces comme HTML 5 et H.264 pour lire et encoder les vidéos.

- Gros problème de fiabilité, sécurité et performance : Steve Jobs implique Flash dans de nombreux crash sur les Mac. Par contre il faut reconnaître qu'il est de plus en plus la cible des pirates informatiques pour diffuser des malwares, cette faiblesse est confirmé par l'éditeur Symantec qui classe en deuxième position les failles de Flash et du lecteur PDF d'Adobe

- Longévité des batteries : C'est vrai que Flash est très gourmand, une utilisation sur l'iPad consommerait beaucoup plus d'énergie que celles encodées sous H.264.

- Interface tactile : Le reproche du patron d'Apple c'est que "cette technologie fut pensée pour des PC utilisant des souris, pas pour des écrans tactiles utilisant les doigts.", d'où une incompatibilité avec ses produits iPhone et iPad.
Flash utilise la fonction "rollover", qui déclenche une action lorsque la souris survole une zone de l'écran, à la différence de l'interface tactile multi-touch d'Apple qui n'utilise pas de souris.

- Une dépendance au Flash : Le point de vue le plus stratégique car si Flash devait être implanté sur ses appareils alors Apple serait dépendant de la société Adobe.
 
 Lors d'une interview avec le Wall Street Journal, le PDG d'Adobe, Shantanu Narayen, revient sur les propos de Steve Jobs, pour lui l'argumentaire technologique n'est qu'un "écran de fumée". Selon Narayen "pour chacune des accusations portées ici, il y a un verrou propriétaire  qui empêche Adobe d'innover"

Source : Apple

 

Rédigé par DarkNight

Publié dans #Mac

Repost 0
Commenter cet article