Arnaques Facebook à éviter

Publié le 26 Avril 2013

Vu le succès du réseau social, Facebook est la cible idéale pour les scammeurs, de nombreuses arnaques sont recensées régulièrement, et malgré les efforts pour améliorer la sécurité du réseau social, les scams continuent d'être diffusées dans nos fils d'actualités et servent d'appât pour piéger les internautes non avertis.

Après une étude de six mois, le spécialiste en sécurité informatique, Bitdefender publie le top 10 des arnaques se propageant sur Facebook.

Parmi les catégories d'arnaques les plus répandues, on peut citer "qui a vu mon profil", suivi des fausses sex tape de stars et la personnalisation des pages Facebook pour avoir une timeline plus colorée "Dites au revoir au Facebook bleu".

Voici le classement des 10 arnaques mondiales sur Facebook :

1. Qui a visité mon profil - 23,86% (anglais – international)

2. La Sex tape de Rihanna avec "son" petit-ami - 17,09% (anglais – international)

3. Qui visite mon profil - 5,31% (espagnol)

4. Vérifiez si un ami vous a supprimé - 5,18% (anglais – international)

5. Dites au revoir au Facebook bleu - 4,16% (français)

6. La Sex tape de Taylor Swift - 3,76% (anglais – international)

7. Billets gratuits pour Disneyland - 2,55% (anglais – international)

8. Activez ici votre bouton "je n’aime pas" - 2,15% (anglais – international)

9. Je peux vérifier qui regarde mon profil - 1,67% (anglais – international)

10. Passez votre Facebook en couleur - 1,64% (portugais)

Autres - 32,53%


Le point positif de l'étude Bitdefender, une baisse de la propagation des liens malveillants sur le réseau social.

N'oubliez pas que ces arnaques peuvent constituer un danger pour votre compte Facebook, les cyberescrocs peuvent récupérer vos informations personnelles ou installer des programmes malveillants sur vos ordinateurs.

Donc la prudence reste de mise et... Réfléchissez avant de cliquer ;-))


Source : Bitdefender

 

Rédigé par Cybersecurite

Publié dans #Arnaques old

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article